X-Environnement

Manifestations passées

Les conférences-débat que nous organisons font désormais systématiquement l'objet - avec quelques mois de retard, l'intendance ne suivant pas toujours, contrairement à une formule célèbre - de la réalisation d'un micro-dossier, qui reprend les interventions des conférenciers ainsi que le débat qui y a fait suite. Tous les membres du groupe ont accès à ces documents, même s'ils n'ont pas assisté à la conférence.

Toutefois, et notamment dans les premières années, cela n'a pas toujours été le cas. Pour que les personnes intéressées puissent avoir un rapide aperçu historique de notre activité, nous avons repris ci-dessous les sujets des conférences-débat que nous avons organisées depuis notre création, en 1991.

Vous pouvez également consulter la liste des micro-dossiers disponibles par thème sur la page suivante >>

Agriculture, changement climatique et séquestration du carbone - juin 2017

L'agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et le changement climatique, en séquestrant le carbone. Cette séquestration semble en particulier incontournable pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris, visant à maintenir le réchauffement de la planète en-dessous de 2°C en assurant avant la fin du 21ème siècle un équilibre entre les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre.

La réunion-débat, préparée par Francis Charpentier (X75) et Benoît Leguet (X97), nous fera bénéficier de l'éclairage de trois experts :

  • Vincent Dameron (X93), chargé de mission au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation présentera l’initiative « 4 pour 1000 » (http://4p1000.org ) ;
  • Claudine Foucherot, experte agriculture chez Institute for Climate Economics (I4CE), présentera les méthodes pour inciter les agriculteurs à adopter des pratiques favorisant le stockage carbone ;
  • Sébastien Treyer (X95), directeur des programmes et pilote du programme « agriculture et alimentation » à l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), apportera un éclairage sur la gestion du risque de non permanence et les méthodes pour favoriser la pérennité des pratiques.

 

Imprimer E-mail

Le réseau ferré : histoire et perspectives - janvier 2018

Cette réunion débat vous propose de visiter l'histoire des trains et du réseau ferré. Nous dresserons également le panorama de l'état actuel des trains et de leurs réseaux en France et dans le monde, des différents usages, des parts modales de ce mode de transport selon les pays, ainsi que la répartition entre le transport de passagers et le frêt - en un niveau en dessous, entre les nature du fêt, avec un focus sur le charbon. Enfin nous nous intéresserons aux impacts environnementaux du train ainsi qu'à ses perspectives d'avenir.

La réunion-débat, préparée par Jacky Sneessens, nous fera bénéficier de l'éclairage des experts suivants :

  • Claude Solard (X77), Directeur Général de SNCF Réseau, présentera le réseau ferroviaire français et ses usages, ainsi qu'un benchmark européen sur l'usage et quelques KPI clés, la stratégie pour le développement des usages dans les 10 – 20 prochaines années, et enfin les financements green-bonds.
  • Jacky Sneessens lui-même, avec l'aide de André Silhonnet, tous deux anciens ingénieurs chez Alcatel, présentera l'histoire des trains, les réseaux dans le monde, la répartition voyageurs/frêt, les impacts environnementaux et les perspectives d’avenir.

Imprimer E-mail

Le monde secret du plancton, l'invisible multitude - février 2018

planctonAlors que le système climatique s'emballe, il était devenu urgent de partir explorer l'océan dans le but d'en obtenir une connaissance plus complète pour prédire ses transformations.
Etudier le plancton, c'est-à-dire les micro-organismes marins flottant passivement, c'est étudier un marqueur important de l'état de l'océan et du climat de notre planète.

La réunion-débat, animée par Alain CHARDON et préparée avec le concours de la Fondation TARA EXPEDITIONS, accueillera trois spécialistes du domaine impliqués dans l'expédition TARA de 2015 qui pour la première fois a étudié dans sa globalité le plancton, le plus grand écosystème complexe de la planète par son étendue et son volume :

  • Christian Sardet, Directeur de recherche émérite au Centre National de la Recherche Scientifique à l'Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer. Il a dirigé les laboratoires Biologie Cellulaire Marine et BioMarCell, consacrant ses recherches à la fécondation et au développement des embryons. En qualité de cofondateur et de coordinateur de l'expédition Tara Oceans consacrée à l'étude globale du plancton, Christian Sardet a initié le projet Chroniques du Plancton dans le but de faire partager la beauté et la diversité du plancton.

    Le plancton, une biodiversité méconnue

    Les Océans sont pénétrés par la vie : chaque litre d'eau de mer contient entre 10 et 100 milliards de micro-organismes planctoniques : virus, bactéries phytoplancton et zooplancton.
    L'univers du plancton est un monde qui dérive au gré des courants étonnants et merveilleux.

  • Romain Trouble, Directeur Général de la Fondation Tara Expéditions

    L'Océan, Au cœur de la machine climatique et de ses dérèglements

    Plancton, atmosphère et climat sont intimement liés. Leurs relations sont à l'origine des premières traces de vie sur terre. Base de la chaine alimentaire et poumon de la planète, ils jouent un rôle essentiel pour l'avenir de l'humanité. Depuis le début la révolution industrielle, l'océan qui constituait un milieu relativement stable subit aujourd'hui de profonds changements. Les organismes planctoniques en sont les premières victimes et voient leurs habitats se transformer à un rythme sans précédent.

  • Conclusion - par Romain Trouble

    La Fondation Tara poursuit plus que jamais le développement d'une science de l'océan ouverte, innovante, inédite qui nous permette de comprendre cet écosystème majeur dans l'équilibre de la planète et de prédire, anticiper et gérer les risques climatiques.

 

Imprimer E-mail

Les perturbateurs endocriniens : enjeux et prévention - avril 2018

Des multiples molécules perturbant le système hormonal sont aujourd'hui, du fait des activités humaines depuis des décennies, omniprésentes dans notre environnement. Elles ont un impact difficile à cerner et décalé dans le temps sur les écosystèmes et l'homme, entraînant une diminution des capacités de ce dernier (à vivre sans maladies chroniques, à se reproduire, à penser) et peut-être même sa faculté d'adaptation et de survie en tant qu'espèce.

Lorsque le cadre politico-juridique classique, accaparé par d'autres priorités à plus court terme peine et tarde à réagir de manière constructive, il existe néanmoins des actions qui permettent de prévenir ces effets négatifs et certains ont lancé des initiatives à saluer dans ce sens.

La réunion-débat, conjointement préparée et animée par Jacky Sneesens et le groupe "Ingénieurs et développement durable" (Centrale), accueillera les quatre experts suivants :

  • Jean-Baptiste Fini, chercheur dans l'équipe de B. Demeneix au Laboratoire Evolution des Régulations Endocriniennes du Museum National d'Histoire Naturelle, présentera la recherche biologique autour des perturbateurs endocriniens, et les enjeux qui en découlent ;
  • Pierre de Franclieu, du Bureau des Produits Chimiques de la DGPR du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, évoquera les solutions par la gouvernance, et le cadre juridique français et européen ;
  • Juliette Larbre, Directrice du Laboratoire des Polluants Chimiques de la Mairie de Paris, parlera de la démarche préventive qui peut être mise en oeuvre au niveau d'un territoire comme la ville de Paris,
  • Olivier Toma, Président Fondateur du Comité du développement durable en santé (C2DS) et de l’agence Primum Non Nocere, également membre du Réseau environnement santé, traitera de la prise en compte des perturbateurs endocriniens dans les établissements de santé.

 

 

Imprimer E-mail

Biomimétisme et environnement (avril)

Le biomimétisme ou la bioinspiration consiste à s'inspirer des solutions développées par des organismes vivants et des écosystèmes, et sélectionnées par l'évolution depuis des milliards d'année, pour s'alimenter, percevoir, séduire ou se dissimuler, se reproduire, réguler son énergie, se mouvoir, se défendre, communiquer, coopérer, voire vivre en symbiose dans un environnement donné. Interdisciplinaire du point de vue scientifique c'est une méthode à fort potentiel au cœur de la nouvelle révolution industrielle en cours où il s'agit d'innover en étant à la fois économe en énergie et en ressources. Dans cette perspective il faut donc combiner une bioinspiration de produits performants, une bioinspiration de procédé de fabrication (quitte à accélérer un procédé biologique pour l'adapter aux cadences industrielles), et une bioinspiration de gestion des ressources (eau, air, matière organique et minérale). Dans ces conditions la bio-inspiration peut devenir une stratégie d'innovation durable, parfois dite « low tech » par opposition à une innovation « high tech » prédatrice et non durable.

Le débat, préparé et animé par Jérôme Perrin (74), sera précédé des exposés de :

  • Kalina Raskin, docteur en biologie, directrice générale du CEEBIOS (Centre Européen d'Excellence en Biomimétisme de Senlis, www.ceebios.fr), introduira la problématique générale du biomimétisme (ou de la bioinspiration), de ses différents aspects et domaines d'application, de son développement international et des enjeux de la dynamisation de la formation et du montage de projets industriels dans ce domaine en France.
  • Serge Berthier, professeur à l'Université Paris-Diderot, membre de l'Institut des Nanosciences de Paris, et auteur de plusieurs ouvrages dont Comment fait le gecko pour marcher au plafond ? et Les couleurs physiques des insectes, nous fera rêver un peu en perçant quelques secrets nanométriques comme celui qui permet à un beau papillon Morpho de devenir tantôt bleu tantôt transparent.
  • Hervé Arribart (72), docteur en physique, ancien chercheur au CNRS puis directeur scientifique de Saint Gobain, traitera des matériaux bioinspirés, de leur performances uniques en hydrophobie grâce à des structures nanométriques ou sur le plan mécanique grâce à une architecture composite multi-échelle, et de la méthodologie mise en place par Saint Gobain pour les produire industriellement, ce qui ouvrira à la question du caractère durable et écologique des procédés de fabrication.

Imprimer E-mail

Les mauvaises surprises de l'océan (mai)

Deux publications scientifiques récentes (2016 & 2017) viennent de réévaluer très fortement à la hausse le risque concernant l'élévation du niveau des océans à l'échelle de quelques siècles (on pourrait dépasser 10 mètres), et le risque d'un arrêt de la circulation à large échelle dans l'Atlantique Nord au cours du 21è siècle.

Le débat, préparé et animé par Françis Charpentier (75), sera précédé des interventions de:

  • Gaël Durand, du Laboratoire de Géologie et de Glaciologie de l'Environnement, qui traitera de l'instabilité des calottes glaciaires (Groenland et Antarctique) à l'échelle de quelques siècles, et de la hausse de l'océan qui pourrait en résulter.
  • Didier Paillard, du Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement, qui traitera de l'arrêt possible de la circulation thermohaline dans l'Atlantique Nord au cours du 21è siècle, à la lumière des avancées récentes sur la compréhension de ce processus.
  • James Orr, du Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement, traitera du sujet de l'acidification des océans et des menaces sur les coraux.

 

 

 

Imprimer E-mail

Le stockage intersaisonnier de l'électricité (mars)

Mixes zéro carbone, flexibilités et stockages : quels défis journaliers, hebdomadaires, inter-saisonniers ?

Est-il facile d'avoir un mix quasiment totalement décarboné ? Cela impose de fortes contraintes journalières, multi-journalières et inter-saisonnières. C'est le cas actuellement avec le mix nucléaire et hydraulique ou demain avec des proportions de renouvelables pouvant aller jusqu'à 100%. Par le passé la France a su résoudre ces contraintes en mixant plusieurs solutions : flexibilité des moyens de production, interconnections et adossage intersaisonnier aux pays limitrophes, effacement de la demande, mais aussi stockages sous forme d'eau chaude sanitaire ou de stations de pompage hydraulique. Comment cela va-t-il évoluer à l'avenir ? Les défis les plus engageants sont-ils multi-journaliers ou intersaisonniers ? La place des stockages devra-t-elle s'accroître ? Quelles formes prendront le(s) stockage(s) ?

Le débat, préparé et animé par A. Chardon (88) et G. De Smedt (95) sera précédé des interventions de:

  • Daniel MARCHAL (ADEME, Chef de service adjoint Réseaux et Energies Renouvelables), mettra en évidence les besoins de flexibilité et de stockage journaliers, multi-journaliers et inter-saisonniers issus de la modélisation de scénarios 100% renouvelables. Il présentera les solutions de stockage et les ordres de grandeur associés.
  • Un intervenant à confirmer (EDF), présentera comment le passage à un mix décarboné à plus de 90% en France a été réussi dans les années 70-90, et quelles solutions ont été apportées aux différentes échelles de temps.
  • Gilles BOURGAIN (ENGIE, Directeur adjoint de la stratégie Groupe , ex Tractebel Engineering Networks & Systems, ex Recherche & Prospective), remettra en perspective la question du stockage et des flexibilités dans différents contextes nationaux et locaux sous un angle systémique, et présentera quelques exemples.

Imprimer E-mail

Ville durable et éco-quartiers (mars)

Les éco quartiers : une mode ou une tendance de fond pour rendre nos villes plus durables, écologiques, tout en étant appréciées des entreprises et résidents ?

Le débat, préparé et animé par Dominique Soquet, sera précédé des interventions suivantes :

  • Laurent Girometti, Directeur DGALN/DHUP- Direction de l'Habitat, de l'Urbanisme et des Paysages, Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, exposera la stratégie relative au label éco quartier pour les réalisations actuelles et à venir, en France et à l'international.
  • Damien Carême, Maire de Grande Synthe dans les Hauts de France, et
  • Julien Gee, Responsable Développement Durable Ville de Levallois, nous présenteront chacun des expériences éco-quartier dans les contextes différents de leur ville respective.

Imprimer E-mail

NTIC et environnement (janvier)

L'objectif de cette réunion-débat et de présenter et de discuter quelques aspects clés de l'impact environnemental des technologies de l'information de la communication (TIC). Les deux premières interventions présenteront l'impact énergétique des réseaux de télécommunications et des moyens mis en œuvre pour le maîtriser.

Le débat, préparé et animé par Francis Charpentier (X75), sera précédé des interventions suivantes :

  • Marc Vautier, Orange Labs, coordinateur de la communauté des experts Orange energie et environnement, nous parlera de l'impact énergétique des terminaux (smartphones, box, PC, etc) à la fabrication et à l'usage, et des pistes de réduction de cet impact via les fonctions de veille et d'écoconception logicielle (réduire la voracité énergétique des logiciels).
  • Guillaume Gérard, expert datacenter et environnement, division du réseau et de l'infrastructure internationale d'Orange (Orange International Networks and Infrastructure Services), nous parlera de l'impact énergétique des équipements des centres de données (serveurs, routeurs, et leur infrastructure technique), à la fabrication et à l'usage.
  • Olivier Ridoux, professeur de l'université Rennes 1, chercheur à l'IRISA et membre du groupe ECOINFO du CNRS, nous présentera un panorama de la consommation de métaux des TICs, de l'épuisement futur des ressources, et des nécessités du recyclage.
  • Marion Bertholon, expert réseau électrique intelligent de l'ADEME, nous parlera du potentiel d'économie d'énergie apporté par les TIC sur le cas des « smart grids ».

 

Imprimer E-mail

Le « EROEI » (décembre)

Les activités humaines nécessitent toutes de l'énergie (chauffage, déplacements, fabrication de biens, ventes de services...). Or alimenter l'économie en énergie requiert ... une dépense énergétique. La quantité d'énergie effectivement disponible pour une économie est donc l'énergie nette, une fois déduite l'énergie nécessaire à sa production. Une mesure en est le EROI (Energy Return On Energy Invested), qui est le ratio de l'énergie utilisable rapportée à la quantité d'énergie dépensée pour l'obtenir. On observe une tendance à la baisse de cette efficacité – tant pour les énergies fossiles que pour la production d'électricité.

Le groupe X-Environnement vous convie à une réunion-débat pour mieux comprendre cette approche. Le débat, préparé et animé par De Smedt (95), sera précédé des exposés de :

  • Jacques Treiner, chercheur associé au Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain fera un panorama des méthodes, et évoquera les principaux résultats pour les grandes énergies que nous utilisons actuellement.
  • Victor Court, docteur en économie (IFPEN+Université Paris Nanterre), spécialiste des liens entre énergie et croissance économique, présentera quelques cas concrets de calcul.

Imprimer E-mail

Environnement et opinion publique, qu’en disent les sociologues et les psychologues ? (novembre 2016)

De la réalité des phénomènes environnementaux et des risques qui leurs sont associés, à leur perception et leur évaluation par le grand public, il y a souvent un décalage comme le montrent les enquêtes d'opinion et les éventuelles manifestations. En faire une analyse sociologique et psychologique est un enjeu important pour la mise en œuvre de politiques environnementales pertinentes et acceptées. La psychologie environnementale, appelée parfois l'éco-psychologie, est précisément l'étude des interrelations entre l'individu et son environnement physique et social. Elle s'intéresse aussi bien aux effets des conditions environnementales sur les comportements, cognitions et émotions de l'individu qu'à la manière dont celui-ci perçoit ou agit sur l'environnement.

Le débat, préparé et animé par J. Perrin (74), sera précédé des exposés de :

  • Daniel Boy, docteur et chercheur au CEVIPOF de Sciences-Po à Paris qui collabore avec l'ADEME sur l'analyse d'enquêtes d'opinions en matière environnementales. Il traitera en particulier des perceptions et des attitudes des français sur le changement climatique, avec des comparaisons internationales.
  • Solange Martin, docteur en sociologie, sociologue au service Economie et Prospective de l'ADEME. Elle nous parlera des différentes approches du comportement individuel (psychologie, psycho-sociologie, sociologie et économie) et des différents leviers possibles sur lesquels les différents instruments de politique publique peuvent s'appuyer.
  • Goda Perlaviciute, docteur et maître de conférences en psychologie sociale et environnementale à l'Université de Groningue aux Pays Bas. Elle nous parlera des facteurs psychologiques qui influencent l'évaluation et l'acceptabilité par le public des sources d'énergie de leurs systèmes de mise en œuvre et des politiques publiques. Elle s'appuiera sur des modèles de comportement et des enquêtes de terrain. (en Anglais)

Imprimer E-mail

Mesure et détection des gaz à effet de serre (octobre 2016)

Le débat, préparé et animé par Gérard  IDE, sera précédé des exposés de:
 
  • François-Marie BREON (Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement), responsable scientifique de la mission spatiale Microcarb (CNES) (lancement en 2020), fera le point sur les connaissances des mécanismes d’échanges entre les différents milieux, sur les modèles du cycle de vie du carbone, ainsi que sur le croisement des informations issues des plates-formes fixes et des données satellitaires.
  • Hervé LE TREUT (directeur de l'Institut Pierre Simon de Laplace), nous parlera des perspectives de mesure de CO2 par rapport aux objectifs de la COP21.

 

Imprimer E-mail

La régulation du nucléaire civil (octobre 2016)

Le débat portera sur les principes et la mise en œuvre de la régulation, les convergences et divergences entre modèles nationaux, les leçons du passé, les évolutions pressenties ou souhaitées.

Le débat, préparé et animé par Jean Coiffard  (65) sera précédé des exposés de:
  • Denis Flory (AIEA),
  • Bertrand de L'Épinois (Areva),
  • Jacques Régaldo (WANO),
  • Jacques Repussard (IRSN).

 

Imprimer E-mail

La finance décarbonnée

"Verdir", ou "décarboner" la finance est reconnue comme une nécessité afin de ré-orienter les investissements et les financements vers des projets compatibles avec une trajectoire 2°C. De nombreux acteurs s'engagent et des réglementations commencent à apparaître, notamment en France avec la loi sur la transition énergétique.
 
Le débat, préparé et animé par G. De Smedt  (95) sera précédé des exposés de:
  • Jean Boissinot (X98, chef de bureau à la DG Trésor), posera un rapide panorama du sujet afin de positionner les enjeux : pourquoi calculer l'empreinte et le risque carbone des portefeuilles financiers, quels effets attendus, en particulier quelles attentes de la puissance publique vis à vis de la décarbonation de l'économie ? Ce sera bien entendu l'occasion de s'attarder sur le cas français et en particulier l'article 173.
  • Olivier Rousseau (directeur du Fonds de Réserve des Retraites), présentera le point de vue d'un "obligé" et apportera des éléments concrets sur les méthodes possibles et de la mise en oeuvre de cette mesure de l'empreinte carbone.
  • Michel Lepetit (81, Global Warning), donnera un éclairage sur les développements (et possibles blocages) au  niveau international (TF Bloomberg, positionnement d'autres Etats ou d'acteurs non étatiques ...)

Imprimer E-mail

La pollution intérieure - mai 2016

Quel air respire-t-on dans les écoles et les maisons ? Y trouve-t-on des polluants ? Lesquels ? Mesurés comment ? D'où viennent-ils ? Quels sont les effets connus sur la santé de cette pollution éventuelle ? Et, en lien avec les économies d'énergie, y-a-t-il un antagonisme entre performance énergétique (qui incite à diminuer la circulation d'air) et la qualité de l'air intérieur ?

Les 3 intervenants de cette session préparée par Dominique Soquet seront :

  • Corinne Mandin, Responsable de la division "Expologie – Qualité de l'Air Intérieur" au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, qui évoquera les sources de polluants possibles, leur évolution dans le temps, et la manière de les appréhender,
  • Michel Thibaudon, président de l'European Aerobiology Society, et directeur du Réseau National de Surveillance Aérobiologie, qui traitera des effets connus sur la santé (notamment des moisissures)
  • Souad Bouallala, du Service Evaluation de la Qualité de l'Air de l'Ademe, qui parlera de la compatibilité - ou pas ! - entre qualité de l'air intérieur et performance énergétique, et des mesures possibles pour concilier les deux.

 

Imprimer E-mail

Méthanisation : où en est-on ? - Avril 2016

Biogaz, biométhane, digesteur, cogénération, injection dans le réseau : quelles sont les sources de méthane renouvelables? quelles sont les valorisations possibles ? Comment les filières méthanisation peuvent-elles contribuer à la politique de transition énergétique ? Quel retour d'expérience a-t-on accumulé ?

Le débat, préparé et animé par Fanny Guézennec, comportera les interventions de :

  • Anthony Mazzenga, Conseiller du Vice-Président Exécutif chez Engie. Il présentera un panorama des différentes filières de production de biogaz et leurs débouchés (chiffres clés, acteurs, potentiels en France et en Europe). Il nous dressera également un tableau des politiques de soutien existantes ou envisagées.
  • Denis Ollivier, Animateur de l'Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France. Il nous parlera plus particulièrement de la méthanisation dans le secteur agricole.
  • Mathieu Lefebvre, Directeur Général de Waga Energy. Il présentera une analyse comparée de plusieurs initiatives européennes (succès/échecs, enjeux, analyse CAPEX/OPEX) et nous parlera de l'injection de biométhane dans les réseaux.

 

Imprimer E-mail

Les arbres en ville - mars 2016

L'arbre représente une ressource vitale pour la société et a toujours été intimement liés à l'évolution humaine. À la différence du patrimoine floral qui est renouvelé selon un cycle court, les milieux urbains héritent souvent, comme pour le patrimoine architectural, d'un patrimoine ancien d'arbres (hormis les villes nouvelles) à gérer donc sur le long terme. A Paris, ce sont près de 500.000 arbres qui contribuent à notre qualité de vie, mais pas seulement...

La réunion préparée par Robert BOZZA (71) a vu les interventions de :

  • Yves Petit-BERGHEM, professeur à l'Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, Directeur du département d'Ecologie de l'Ecole et Guy LEMPERIERE, Directeur de recherche honoraire à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) nous brosseront en duo le panorama des diverses situations des patrimoines d'arbres urbains dans les grandes métropoles.
  • Pascal OBSTETAR, dirigeant de Bio Eco Forests, abordera la gestion des patrimoines d'arbres urbains : anciennes et nouvelles méthodes de gestion.
  • Jean Noël MALEYX, Direction des Espaces Verts du Conseil Général du Val-de-Marne, nous parlera des impacts psycho-sociaux des arbres en ville (fonctions écologiques, esthétiques, sociales, économiques...).

 

Imprimer E-mail

Nous avons accueilli les intervenants suivants :

Eric Birlouez, enseignant à AgroParisTech, qui nous parlera des habitudes et de la sociologie de la consommation de viande et des protéines animales à travers les âges,
Daniel Tomé, enseignant à AgroParisTech, qui fera un panorama des pratiques actuelles dans le monde en matière de protéines animales,
Raphaël Smia, de Next-Alim, qui exposera un cas concret d'utilisation des insectes pour fournir des protéines animales et valoriser les déchets organiques.

Pour savoir la date et l'heure de la réunion débat, connectez-vous à l'espace membre si vous êtes membre X-Environnement, ou contactez-nous à l'adresse suivante sinon :  info @ x-environnement.org (en enlevant les espaces qui sont là pour tromper les spameurs informatisés).

Imprimer E-mail

Energies pour l'Afrique

L'Afrique, cette oubliée du développement, se réveille. Il n'est de richesse que d'hommes : ce réveil est d'abord démographique avec plus qu'un doublement prévu de sa population entre 2013 et 2050, mais aussi économique avec des taux de croissance de l'ordre de 5%/an.

Continent à la fois d'opportunités et de paradoxes, l'Afrique suit une route chaotique. Ses ressources énergétiques en particulier, inégalement réparties, lui profitent peu, les carences étant particulièrement critiques pour la majeure partie du continent, hors pays d' Afrique du Nord et Afrique du Sud.

La réunion, préparée et animée par Ala Ben Abbes (03) et André Brémard (71), verra les interventions de :

  • Christophe du Castel, de l'AFD, chargé de mission Forêts au Fonds Français pour l'Environnement Mondial, qui abordera la question des besoins domestiques, essentiellement satisfaits par le bois et la biomasse : quel impact sanitaire, quelles conséquences pour la forêt ou le couvert arboré, selon les zones géographiques, quelles voies plus durables sont possibles, comment ?
  • Jean-Pierre Favennec, économiste, président de l'ADEA (Association pour le Développement de l'Energie en Afrique, qui a réalisé en 2015 l'étude Energie en Afrique à l'horizon 2050), ex-directeur du centre "économie et gestion" de l'IFP, qui exposera les problématiques énergétiques liées aux transports : quelles sont les politiques publiques sur les transports terrestres et les carburants ? Orientations possibles et perspectives, améliorations des transports routiers, du rail, des carburants
  • Kamel Bennaceur (75), Directeur chargé des politiques et technologies de l'énergie durable à l'AIE, ex-ministre tunisien de l'Industrie, ex-Schlumberger puis détaché à l'AIE, qui nous fera un état des lieux sur l'électrification, les sources de production électrique dont renouvelables, les réseaux centralisés et mini-réseaux, la problématique des milieux ruraux ; quels enjeux, quelles orientations privilégier ?

Imprimer E-mail

Le bassin méditerranéen à l’heure du changement climatique

Quels impacts le changement climatique peut-il avoir sur le bassin méditerranéen ? Pour comprendre et discuter de ce qui peut être attendu d’un point de vue environnemental, agricole et géopolitique, le groupe X-Environnement vous convie à une réunion-débat le mercredi 25 novembre (lieu à préciser).

Le débat, préparé et animé par J. Perrin (74), sera précédé des exposés de
•    Philippe Drobinski (directeur de recherche au CNRS, Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’Ecole Polytechnique, co-responsable du programme sur le cycle hydrologique de la Méditerranée au sein du méta-programme MISTRALS (Mediterranean Integrated STudies at Regional And Local Scales) évoquera le cycle hydrologique et les impacts du changement climatique
•    Jean-Louis Rastoin (professeur émérite à Montpellier SupAgro, fondateur et conseiller scientifique de la Chaire UNESCO et du réseau UNITWIN en Alimentations du monde)
•    Pierre Beckouche (Paris1 Panthéon-Sorbonne, président du collège international des sciences du territoire), développera les perspectives géo-économiques et géopolitiques du bassin Méditerranéen

 

Imprimer E-mail

La Pêche

Novembre 2015

X-Environnement vous convie à une réunion-débat sur la pêche, organisée par Marie-Hélène Tusseau, avec :

  • François Gauthiez, Directeur du Département « Appui aux politiques publiques », Agence des aires marines protégées
  • Jean-Marc Fromentin, unité MARine Biodiversity Exploitation and Conservation de l'Ifremer,
  • Fabienne Daures, responsable du Système d'Informations Halieutiques de l'Ifremer

Imprimer E-mail

Filière bois : enjeux et plan de développement industriel

Octobre 2015

Avec 16 millions d’hectares, la France possède la 4eme plus grande surface forestière en Europe, et pourtant, les produits bois représentent toujours le 2ème poste de déficit de la balance commerciale nationale. Pourtant, grâce à ses nombreux atouts, le bois a un rôle important à jouer pour la transition écologique et énergétique de notre économie et pour la création d'emplois dans les territoires. Comment alors dynamiser le tissu industriel et renforcer la compétitivité de la filière française ? Quels leviers peut-on actionner ?
Le choix de la France de construire en bois son pavillon lors de la dernière exposition universelle est le reflet de la volonté d'impulser une nouvelle dynamique pour la filière. Lors de précédentes réunions débat, nous nous étions intéressés aux enjeux de l'amont de la filière. Lors de cette réunion, nous nous intéresserons à l'aval de la filière : de la transformation du bois à ses usages, en particulier dans la construction.
 
Quelle est la place du bois dans la stratégie de la Nouvelle France Industrielle? Que change la création d’un  Comité Stratégique de Filière ? Quelle place le bois peut-il prendre dans la ville durable de demain ? Peut-on construire des bâtiments en bois de grande hauteur ? Quels sont les atouts du bois pour la lutte contre le changement climatique ?
 
Le débat sera précédé des interventions de :
Georges-Henri Florentin, Directeur Général du FCBA (institut technologique national Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement), qui nous présentera la structure de l'industrie, ses enjeux de compétitivité sur le marche mondial, les différents bénéfices des usages du bois et les enjeux d'adéquation entre production  forestière et demande des marches. Il nous fournira des chiffres clés.
Luc Charmasson, Président de France Bois Industrie Entreprises (FBIE) et Vice-Président du comité stratégique de filière bois (CSF), qui nous parlera des enjeux de la création du CSF au ministère de l'économie, de la place du bois dans le Plan pour la Nouvelle France Industrielle (PNFI) et du plan national d'action pour l'avenir des industries (PNAA).
Nicolas Visier, coordinateur national de France Bois Régions, qui nous présentera les freins et les leviers de l'introduction du bois dans la construction et le rôle des prescripteurs. Il partagera avec nous son expérience de plus de 10 ans sur le terrain.
 
 

Imprimer E-mail

Tour du monde des systèmes de taxes et quotas concernant les gaz à effet de serre

Septembre 2015

 

Le débat animé par Guillaume de Smedt, sera précédé des interventions de :

- Patrick Criqui (économiste, CNRS/labo EDDEN), pour poser le cadre théorique autour du(des) prix du carbone
- Emilie Alberola (CDC Climat) qui fera un panorama des systèmes mondiaux
- Cécile Goubet (DGEC) qui discutera plus précisément le cas européen

 

Imprimer E-mail

Les nouvelles pratiques agricoles

Juin 2015

Cette réunion débat portera sur les nouvelles pratiques agricoles : culture sans labour, agroforesterie, permaculture, etc.

Le débat préparé et animé par Guillaume de Smedt, comportera les interventions de :
- François Léger (INRA), qui fera un panorama des pratiques innovantes en agriculture, en se concentrant en particulier sur les pratiques relevant de l'agro-écologie,
- Charles Guegan (X93), de la ferme du Bec Helluin, décrira la permaculture en tant que principe de conception des systèmes, avec le cas appliqué du maraichage,
- Alain Canet, président de l'Association Française d'Agroforesterie, évoquera la pratique éponyme



Imprimer E-mail