X-Environnement

Biomimétisme et environnement (avril)

Le biomimétisme ou la bioinspiration consiste à s'inspirer des solutions développées par des organismes vivants et des écosystèmes, et sélectionnées par l'évolution depuis des milliards d'année, pour s'alimenter, percevoir, séduire ou se dissimuler, se reproduire, réguler son énergie, se mouvoir, se défendre, communiquer, coopérer, voire vivre en symbiose dans un environnement donné. Interdisciplinaire du point de vue scientifique c'est une méthode à fort potentiel au cœur de la nouvelle révolution industrielle en cours où il s'agit d'innover en étant à la fois économe en énergie et en ressources. Dans cette perspective il faut donc combiner une bioinspiration de produits performants, une bioinspiration de procédé de fabrication (quitte à accélérer un procédé biologique pour l'adapter aux cadences industrielles), et une bioinspiration de gestion des ressources (eau, air, matière organique et minérale). Dans ces conditions la bio-inspiration peut devenir une stratégie d'innovation durable, parfois dite « low tech » par opposition à une innovation « high tech » prédatrice et non durable.

Le débat, préparé et animé par Jérôme Perrin (74), sera précédé des exposés de :

  • Kalina Raskin, docteur en biologie, directrice générale du CEEBIOS (Centre Européen d'Excellence en Biomimétisme de Senlis, www.ceebios.fr), introduira la problématique générale du biomimétisme (ou de la bioinspiration), de ses différents aspects et domaines d'application, de son développement international et des enjeux de la dynamisation de la formation et du montage de projets industriels dans ce domaine en France.
  • Serge Berthier, professeur à l'Université Paris-Diderot, membre de l'Institut des Nanosciences de Paris, et auteur de plusieurs ouvrages dont Comment fait le gecko pour marcher au plafond ? et Les couleurs physiques des insectes, nous fera rêver un peu en perçant quelques secrets nanométriques comme celui qui permet à un beau papillon Morpho de devenir tantôt bleu tantôt transparent.
  • Hervé Arribart (72), docteur en physique, ancien chercheur au CNRS puis directeur scientifique de Saint Gobain, traitera des matériaux bioinspirés, de leur performances uniques en hydrophobie grâce à des structures nanométriques ou sur le plan mécanique grâce à une architecture composite multi-échelle, et de la méthodologie mise en place par Saint Gobain pour les produire industriellement, ce qui ouvrira à la question du caractère durable et écologique des procédés de fabrication.

 Imprimer  E-mail